Historique

1969 – 1982  La pose des fondations

Des femmes se mobilisent
L’association des femmes chefs de familles (AFCF) voit le jour à Rennes en avril 1969. Elle a pour objet d’informer et de conseiller les femmes victimes de violence. Avec le concours de la ville de Rennes, une permanence sociale et juridique est créée sur le quartier de Maurepas.

Une première en France
La résidence Brocéliande ouvre à l’été 1977. Ce foyer d’accueil pour les femmes confrontées à des violences est le premier établissement français du genre.
Il accueille les mères et leurs enfants, 24h/24 et sans limite d’âge.

Le temps de la professionnalisation
Grâce à une convention avec la DDASS, la résidence Brocéliande devient une institution sociale. Elle est agréée pour 140 places.
En complément, la commission régionale des institutions sanitaires et médico-sociales donne son agrément pour l’ouverture d’un service intervenant à l’extérieur de la résidence, prémices des futurs CHRS en appartements éclatés.
La crèche, d’une capacité d’accueil de 20 à 30 enfants de moins de trois ans, est créée en 1979.
L’AFCF signe une convention avec les organismes de formation continue GRETA et ARPEC. Elle devient organisme de formation.

Ouverture sur la ville
L’année 1981 marque l’association avec divers événements:
La ville réserve des berceaux dans la crèche de l’Asfad pour les enfants du quartier;
La Préfecture d’Ille-et-Vilaine conventionne l’ouverture d’une Maison maternelle suite à la fermeture de celle du Rosais à Saint-Malo;
Un service d’accueil, d’écoute et de soutien pour les jeunes s’installe à Villejean. L’association est agréée Jeunesse et sport pour des activités d’été.

fondations

 

1983 – 1999  Un nouvel essor

Les bénévoles s’essoufflent
Les conventions qui lient l’association au conseil général d’Ille-et-vilaine et à l’Etat sont dénoncées. L’Association des femmes chefs de familles est dissoute. L’Association pour les familles en difficulté (ASFAD) prend le relais, accueillant les femmes, les hommes et les couples, avec ou sans enfants, en situation de conflit familial.

Un nouveau départ
Toutes les conventions qui lient l’ASFAD aux organismes HLM, aux collectivités territoriales et à l’Etat, sont renouvelées : Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS), crèche, maison maternelle …
Des actions sont menées pour lutter contre l’illettrisme.
La résidence Brocéliande met en œuvre les baux glissants.
Cette expérimentation inspirera la loi Besson mise en place en 1990.

Des missions élargies
En 1986, l’Asfad participe à la création du Fil d’Ariane, une entreprise intermédiaire de couture, confection et réparation. La résidence Brocéliande est réhabilitée. Les RMIstes sont accueillis dans les ateliers du CHRS et le programme européen « now » participera de ces actions d’insertion professionnelle.
L’association est agréée Service formation par la Direction régionale de la formation professionnelle en 1994.
Par ailleurs, le service dyade ouvre en 1996; il a pour mission d’accompagner le « conjoint violent » confronté à une crise conjugale.
En 1997, l’Asfad porte le n° de téléphone de la plateforme départementale de lutte contre les violences faites aux femmes (02 99 54 44 88).

Une transition annoncée
En 1999, l’Asfad, désormais baptisée Association pour l’action Sociale et la formation à l’Autonomie et au Devenir, entre dans une période de restructuration.

Mise en page 1

 

de 2000 à nos jours – un acteur dans la ville

La décennie des chantiers
De grandes orientations sont prises pour les années 2001 à 2006 dont la poursuite de la mise à jour des organisations et de la gestion de l’association.
Divers projets sont mis à exécution à partir de 2005 : reprise de deux foyers par le CHRS, extension et déménagement du Centre maternel et de la crèche…

Un redéploiement des forces
Un assistant social est installé à l’Hôtel depolice de Rennes
en 2006.
Le CHRS augmente sa capacité d’accueil par fusion avec le foyer Marie-Joseph puis l’Oasis. 225 places d’hébergement sont ainsi offertes aux femmes seules ou avec enfants. Le centre représente environ 40% des places de CHRS du département.
En 2008, le Centre maternel Ti an ere s’installe rue des Tanneurs à Rennes et offre 34 places à des jeunes mères avec leur enfant.

L’Asfad fait appel à l’ensemble de ses partenaires régionaux en 2011 afin de trouver des ressources pérennes pour l’accompagnement des « conjoints violents ». L’association se résout à fermer le service Dyade faute de financement.

La crèche de l’Asfad devient Multi accueil M’Ti moun.
Il intègre de nouveaux locaux en 2012 et offre désormais 45 places pour les enfants de deux mois à quatre ans.
L’insertion par l’activité économique est également concernée :
après restructuration, le Chantier d’insertion « déménagement social et nettoyage des locaux ou logements » s’installe dans des locaux rénovés et augmente sa capacité de 50%.
L’année 2013 voit l’ouverture d’un Accueil de jour pour femmes confrontées à des violences au sein du couple.

L’Asfad continue, jour après jour, d’écrire son engagement en faveur de la dignité de la personne et de l’égalité femmes/hommes

Mise en page 1