Inauguration de l’accueil de jour

l’ASFAD a inauguré son nouvel accueil de jour.

Selon le ministère de l’Intérieur, en 2012, 148 femmes sont mortes victimes de leur conjoint ou ex-conjoint. Hier soir, rue de Lorient, l’Association pour les familles en difficulté (ASFAD) inaugurait son nouvel accueil de jour pour les femmes confrontées à des violences au sein du couple. « Il faut offrir le meilleur service possible pour les femmes et leurs enfants. Ici, ils peuvent se présenter spontanément », explique Hubert Lemonnier, chef de service à l’ASFAD.

 

Lieu d’entraide

La prise de contact a lieu dans un petit bureau. Un travailleur social et un psychologue proposent leur aide à ces femmes. Les locaux comprennent un espace collectif, lieu de refuge où chacun peut être au chaud et se reposer. Les enfants ne sont pas oubliés, avec un lit pour bébé et des jeux. Un espace de parole est aussi mis en place pour comprendre ce qu’ils vivent.

un-nouveau-local-pour-les-femmes-violentees

Pour Hubert Lemonnier, « beaucoup de choses restent encore à inventer, comme mettre un téléphone à disposition, pouvoir rencontrer son médecin sur place, laver le linge. C’est un lieu de rencontres et d’échanges entre femmes, mais aussi un lieu d’entraide. »

« Depuis trois ans, il n’y a plus de subvention pour accueillir les femmes à l’hôtel. Pourtant, l’accueil d’urgence pour les femmes victimes de violence est un droit à la protection. Il est nécessaire de mutualiser les moyens de chacun. Je préférerais que cet équipement ne perdure pas, mais c’est impossible », conclut Jean-Georges Kergosien, président de l’ASFAD.

La délégation régionale au droit des femmes est la partenaire principale de l’accueil de jour, qui est aussi soutenu par la ville de Rennes, la Caisse primaire d’assurance-maladie, la Caf et le conseil général.

 

[Ouest-France du 28 novembre 2013]

Laisser un commentaire